REPORT – Caux Dialogue on Land and Security 2014 “Mitigating Risks; Responding to Threat” Caux, Switzerland, 30 June – 4 July 2014 (résumé en français disponible en fin de page)

savane Afrique

Télécharger (PDF, 388KB)

Résumé en français


Le Dialogue de Caux sur la terre et la sécurité 2014

Avec la présence d’experts indépendants et d’organisations de haut niveau, le Dialogue de Caux sur la terre et la sécurité 2014 a eu lieu du 30 juin au 4 juillet 2014 à Caux, sur les hauteurs de Montreux en Suisse. Avec le thème principal axé sur “minimiser les risques, répondre aux menaces”, le dialogue a permis de faire le point sur les synergies possibles pour renforcer la paix à travers la restauration des terres (utilisation des techniques agroforestières modernes), tel que promue par l’organisateur de l’évènement (Initiatives for Land, Lives and Peace).

Prenant la forme de sessions plénières et d’ateliers, cet évènement s’est focalisé sur les thèmes suivants :

  • La géopolitique de la dégradation des terres.
  • Scénarios positifs – investir dans la terre.
  • Répondre – sous quelles conditions peut-on réaliser les nombreuses solutions proposées? Que pouvons-nous faire pour promouvoir ces conditions ?
  • Objectifs et étapes – définir la marche à venir.

Dans ce contexte, considérant le lien étroit avec le Programme de développement de l’ONU pour l’après 2015 à la lumière notamment de la proposition d’objectif de développement durable 15 (intitulée : « protéger, restaurer et promouvoir l’utilisation durable des écosystèmes terrestres, gérer durablement les forêts, combattre la désertification, arrêter et renverser la dégradation des sols, stopper la perte de biodiversité ») et de la forte présence d’acteurs clefs de la Genève internationale (notamment l’OMM, l’UICN et le Secrétariat de la Convention de Ramsar sur les zones humides d’importance internationale), le rapport complet d’Africa 21 sur cet évènement met en avant les enjeux spécifiques au contexte africain.

Les éléments clés à retenir sont :

  • Il existe un lien clair et fort entre la gestion de la terre et la sécurité;
  • La migration forcée à la suite de facteurs de stress environnementaux a été identifié comme une question importante;
  • Pour permettre la réhabilitation et la restauration des terres à grande échelle les diverses parties prenantes doivent coopérer à la fois au niveau local et sur le plan international;
  • Les défis de la réhabilitation et la restauration des sols sont d’ordre social et sociétal plutôt que techniques ;
  • Dans ce cadre, le renforcement de la confiance et la bonne gouvernance des ressources sont des conditions de base pour une action réussie (cas du Soudan à travers l’action du PNUE);
  • Le cycle négatif de la dégradation des terres peut être stoppé et inversé. Les connaissances existent à cet égard;

Un changement de paradigme dans la façon dont la terre est gérée pourrait:

  • Aider à séquestrer 10 à 30% des émissions totales de gaz à effet de serre. Cela pourrait être mis en œuvre plus rapidement que d’autres solutions d’atténuation relatives au changement climatique ;
  • Offrir une stratégie d’adaptation bon mar-ché avec un faible niveau d’intensité technologique ;
  • Éviter des situations conflictuelles concernant la gestion des terres et de l’eau au regard des « point chauds » relatifs aux effets du changement climatique et de la dégradation de sols ;
  • Améliorer jusqu’à 2 milliards d’hectares de terres dégradées, dont 480 millions d’hectares de terres agricoles abandonnées qui peuvent être restaurées ;
  • Améliorer la nutrition et la sécurité alimentaire des populations rurales pauvres ;
  • Intensifier durablement la production agricole, développer l’emploi rural et accélérer le développement économique rural.

Les discussions sur le rôle des terres et des sols à New York dans le cadre des futurs Objectifs de développement durable apporteraient une contribution très importante à la sécurité alimentaire et énergétique, l’eau et à l’atténuation des tensions et des problèmes sécuritaires dans des « points chauds ».
La fin de l’année 2014 puis 2015 seront essentielles pour la poursuite du programme de gestion des terres en raison de l’organisation de réunions de haut niveau. A cet égard, les évènements suivants constituent des étapes marquantes :

  • Le Sommet sur le climat organisé par le Secrétaire général de l’ONU (23 septembre 2014);
  • La 12ème Conférence des parties de la CBD (Pyeongchang, 6-17 octobre 2014);
  • Le Congrès mondial des parcs de l’UICN (Sydney, 14-19 novembre 2014);
  • La 3ème Conférence mondiale sur la gestion des risques de catastrophes (Sendai, 14-18 mars 2015);
  • La 21ème Conférence des parties de la CNUCCC (Paris, 14-15 décembre 2015).

Une réunion de suivi du Dialogue de Caux, se tiendra à Bonn en 2015 afin de profiter de l’effet médiatique des échéances politiques importantes susmentionnées.