DEBRIEF: Gouvernance de la santé mondiale après 2015 : enjeux et perspectives africains, par Théophile Sossa.dîner-Conférence du Mardi 11 décembre 2012


Résumé du dîner-conférence du mardi 11 décembre 2012.

 

L’accès aux soins de santé pour tous est un objectif fondamental sur le plan du bien-être social et constitue à ce titre une composante importante du niveau de développement d’un pays tel qu’il est d’usage dans le calcul de l’indicateur de développement humain (IDH) des Nations Unies. Dans ce contexte, M. Sossa a analysé de manière critique les instruments internationaux de promotion de la santé mondiale depuis plus de deux décennies et notamment l’Initiative de Bamako, la micro-assurance santé et les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Afin d’ouvrir le débat, l’intervenant a évoqué l’adéquation entre les défis actuels de la santé publique en Afrique et les esquisses de solutions en discussion dans l’agenda du développement international.

Bénéficiant de la présence d’une quinzaine d’invités provenant des organisations internationales, de la société civile, du monde académique et du secteur privé, le débat a notamment permis d’aborder des thématiques suivantes :

  • le rôle croissant des technologies de l’information et de la communication à la lumière de l’initiative de l’Union Internationale des Télécommunications sur la « télémédecine » (incluant la standardisation des normes) ;
  • l’importance de la prise en compte des maladies non-transmissibles (tel que le cancer) dans l’agenda international ;
  • le cadre relatif aux droits de la propriété intellectuelle avec notamment un état des lieux de la flexibilité additionnelle à l’Accord sur les aspects des droits de la propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) de l’OMC (communément appelée “système prévu au paragraphe 6”) qui permet la fabrication sous licence obligatoire de versions génériques de médicaments brevetés dans l’optique de leurs exportation vers les pays ne pouvant pas fabriquer eux-mêmes ces médicaments
  • la nécessité de l’appropriation nationale de l’agenda de la santé publique au bénéfice de l’ensemble des citoyens (assurance maladie universelle) comme l’illustre l’exemple du Costa Rica ;
  • l’importance d’une approche politico-économique du contexte international qui structure la santé publique en Afrique prenant en compte les déséquilibres globaux (mouvements des capitaux, commerce international, fuite des cerveaux, etc.). Cette approche s’inscrit notamment dans le cadre de l’esprit de coopération internationale définit en 1978 par la Déclaration d’Alma Ata.