“Horizon 2015″ n°2, décembre 2013, lettre mensuelle d’Africa 21

Ouvriers africains

Télécharger (PDF, 403KB)

Edito
Les investissements étrangers directs (IED) ont pour la première fois été plus élevés dans les pays en développement que dans les pays développés, soit 52% des IED totaux d’après la CNUCED.
En Afrique les investissements étrangers ont augmenté de 5% entre 2011 et 2012 pour atteindre 50 milliards US$. Comparé aux IED dans le monde entier évalués à 1350 milliards US$, ce montant semble faible. Cependant, il faut relativiser car une partie de l’IED total correspond aux flux financiers à destination ou au départ des paradis fiscaux (par exemple les Îles Vierges britanniques sont le 10e investisseur mondial et le 5e destina-taire en 2012 d’IED). La part de l’Afrique dans les investisse-ments productifs mondiaux est donc plus grande qu’il n’y parait. En outre, d’après le rapport de la CNUCED, les entreprises multinationales du Sud à travers leurs investissements sont de plus en plus présentes en Afrique. Ainsi, par ordre d’importance, la Malaisie, l’Afrique du Sud, la Chine et l’Inde étaient les principaux pays en développement qui ont investi en Afrique. Bien que la majorité des investissements se soit orienté vers le secteur extractif (Mauritanie, Mozambique, Ouganda, République Démocratique du Congo), les IED dans la production manufacturière pour la consommation finale et les services ont fortement augmenté entre 2008 et 2012, passant de 7 à 23% du total des investissements de création de capacité. Selon les experts qui ont rédigé ce rapport, cette tendance témoigne d’une évolution démographique en cours.
Dans ce contexte, quel est l’apport de cette croissance en termes de création d’emploi dans un continent qui doit en créer chaque année plusieurs millions, en particulier à destination des jeunes? L’emploi va être l’enjeu des décennies à venir en Afrique. C’est en partie par l’accession de millions de personnes à des emplois décents et suffisamment rémunérateurs, stables et régis par des contrats écrits, que le continent sortira de la pauvreté. L’industrie extractive est connue pour ne pas créer suffisamment d’emploi et vampiriser le capital. Or comme le montre l’évolution des IED, sa part relative diminue progressivement au bénéfice de la création de biens et de services.
Ainsi, la création d’emploi sera probablement un des enjeux importants énoncés dans les objectifs post-2015. Elle doit se faire en respectant les principes de base des droits de l’homme et de la protection de l’environnement. Aussi le secteur privé aura un rôle primordial à jouer aussi bien les entreprises locales que les entreprises étrangères pour le développement de l’Afrique. La responsabilité sociale ou sociétale des entreprises sera un thème central de la période 2015-2030. Beaucoup considèrent que l’entreprise sera un acteur clé de la mise en œuvre des futurs objectifs de développement, au même titre que les États, les parlementaires et la société civile.

Au sommaire de ce nouveau numéro d’Horizon 2015:

Santé et population
Sida, l’éducation sexuelle au menu du Cap, p. 2
17e Conférence internationale sur le sida et les maladies sexuellement transmissibles du Cap, p. 2
Analyse du financement de la recherche contre le paludisme, p. 3
Publication du rapport malaria 2013 de l’OMS, p. 3
Les cas de cancer augmentent dans le monde en particulier dans les pays en développement, p. 4
Partenariat mondial contre les faux médicaments, p. 4
Refinancement ambitieux du Global Fund pour 2014-2016, p. 4

Promotion du plein emploi et de l’emploi productif, du travail décent pour tous et de la protection sociale
La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) au sein de la Genève Internationale, p. 5
L’ISAR 30, p. 6
Eclairage sur les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme, p. 7
2e Forum des affaires et des droits de l’homme à Genève, p. 9
L’Initiative BioTrade, p. 12
2e Congrès Biotrade, « intégrer REDD+ aux stratégies biotrade », p. 12

Les engagements pour l’Afrique
Le danger du sous-emploi des jeunes en Afrique, p. 14
Visite de terrain du Directeur Général de l’OIT en Afrique, p. 15
Les emplois verts en question à Dakar, p. 15

Changement climatique
L’OMM au service des paysans d’Afrique de l’est pour lutter contre les effets du changement climatique, p. 15

Biodiversité
La réunion de Gaborone permet de définir les ac-tions urgentes à mener pour la sauvegarde des éléphants d’Afrique, p. 16
Un bon en avant pour REDD+, p. 17

Abréviations/Documents/Agenda/Annonces/Sponsor, pp.17-19