Événement spécial : vers la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité (COP15) : positions de l’Afrique et de l’Union Européenne

Projets – Réseau des journalistes
18 novembre 2022  
Par Julien CHAMBOLLE

Africa 21 a le plaisir d’être partenaire d’un événement spécial organisé par la Commission Européenne sur la prochaine Conférence des Nations Unies sur la biodiversité qui aura lieu à Montréal du 7 au 19 décembre 2022.

Pour en savoir plus sur la conférence de Montréal, cliquez ici.

Notre événement :

Vers la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité COP15 :
Positions de l’UE et de l’Afrique

Événement à destination des journalistes africains avec possibilité d’interviews
Le vendredi 25 novembre 2022 de 14h30 à 16h00 CET

Pour réécouter la conférence : cliquez ici.

Lors de la conférence des Nations unies sur la biodiversité (COP15) qui se déroule à Montréal du 7 au 19 décembre, 196 pays, dont l’UE et les Etats africains, tenteront de s’accorder sur un cadre mondial visant à stopper et à inverser la perte de biodiversité d’ici 2050.
La biodiversité a fortement diminué au cours des dernières décennies. Près d’un million d’espèces sont actuellement menacées d’extinction. Ce déclin mondial de la biodiversité présente des risques fondamentaux pour la santé et le bien-être de l’homme, car la moitié du PIB mondial dépend de l’utilisation des ressources biologiques et des services écosystémiques. Notre santé et notre sécurité alimentaire et hydrique sont directement liées à des écosystèmes sains.
La protection de la nature est d’autant plus importante qu’elle est considérée comme notre meilleur allié dans la lutte contre le changement climatique. Nos océans, nos sols et nos forêts sont les plus grands puits de carbone du monde, mais ils ne peuvent remplir ce rôle que s’ils sont en bonne santé. Une action urgente en faveur de la biodiversité est donc essentielle pour respecter l’accord de Paris et maintenir l’objectif de 1,5 degré à portée de main.

La présidente de la Commission européenne, Mme von der Leyen, a souligné la nécessité de faire de la COP15 de la CDB un « moment de Paris » pour la biodiversité, en référence à l’accord de 2015 sur le changement climatique.

Cette conférence de presse en ligne, organisée par la Commission européenne en partenariat avec Africa 21 et son Réseau des journalistes africains spécialisés sur le développement durable et le changement climatique, donnera aux professionnels des médias un aperçu des implications de la COP15 pour l’Afrique, expliquera les positions de négociation des pays africains et de l’UE, et présentera le soutien de l’UE à l’Afrique en matière de biodiversité.

Date et heure : 25 novembre 2022, 14h30 – 16h00 CET
Liens internet pour les journalistes : https://ec.interactio.eu/kwkf-jhpm-v59x
Langues : interprétation en français et en anglais
Format : briefing informel ; courtes présentations, suivies de questions-réponses.
Modération : Adalbert Jahnz, porte-parole de la Commission.
Interviews : sur demande
Pour les demandes d’interviews de la Commission européenne, veuillez contacter Adalbert Jahnz, porte-parole Adalbert.JAHNZ@ec.europa.eu Tel. +32 229-53156 ; pour toute autre demande, veuillez contacter julien.chambolle@africa21.org.

A l’ordre du jour :

1. Quels sont les enjeux de la COP15 ? Quelles sont les implications pour l’Afrique ?
En Afrique, la biodiversité a connu un déclin alarmant de 65 % depuis 1970. Ces déclins sont en grande partie dus à la demande croissante de ressources naturelles pour subvenir aux besoins d’une population en augmentation, ainsi qu’à des modèles mondiaux de consommation et de production non durables qui entraînent une perte d’habitat généralisée, une surexploitation des espèces, des espèces envahissantes et des maladies. Les effets de ces facteurs seront amplifiés par la mondialisation et intensifiés par le changement climatique.
La biodiversité et des écosystèmes sains sont essentiels pour l’alimentation et la nutrition, la sécurité, l’accès à la santé et à l’eau, la bonne gouvernance et la consolidation de la paix. Leur maintien est essentiel pour réduire la pauvreté et les risques de catastrophes naturelles.
Intervenant :

2. Positions de négociation de l’Afrique et de l’UE
Le cadre mondial pour la biodiversité devrait fixer des objectifs pour 2050 et des cibles mesurables pour 2030 dans des domaines tels que la protection de la nature, la restauration, l’utilisation durable et le financement. Il s’agit notamment de :

  • La promotion de l’utilisation durable de la biodiversité et des écosystèmes, notamment par l’agroécologie, la réduction de l’utilisation des pesticides et l’arrêt de la déforestation. Il s’agit d’un point essentiel, car 70 % des pauvres dans le monde dépendent directement des espèces sauvages.
  • Protéger 30 % des terres et 30 % des océans d’ici à 2030, en particulier les zones précieuses pour la biodiversité et les services écosystémiques.
  • Restaurer 3 milliards d’hectares de terres et 3 milliards d’hectares d’océans d’ici à 2030, afin de ramener la nature dans les zones dégradées qui ont subi une perte de biodiversité du fait de l’agriculture, de l’exploitation forestière, de la pêche et d’autres utilisations intensives.
    En outre, il est urgent de trouver des solutions à la question des « informations sur les séquences numériques des ressources génétiques » et au manque de financement mondial.

À l’heure actuelle, les solutions fondées sur la nature ne reçoivent que 2 % de l’ensemble des fonds consacrés à la lutte contre la crise climatique. L’investissement dans les solutions basées sur la nature doit tripler d’ici 2030 si le monde veut atteindre ses objectifs en matière de climat, de biodiversité et de dégradation des sols.
Intervenants :

  • Stanislas Stephen Mouba, Directeur général de l’environnement et de la protection de la nature, Gabon
    [Présentation à venir]
  • Hugo Schally, Anne Theo Seinen (négociateurs de l’UE, Direction générale de l’environnement, Commission européenne)
    Pour accéder à la présentation (en anglais)
    EU press briefing for CBD African Journalists for COP 15

3.  Soutien de l’UE à la biodiversité en Afrique

Au niveau international, l’UE est l’un des principaux défenseurs de la protection de la biodiversité et de l’utilisation durable des ressources naturelles. L’UE s’engage avec ses partenaires à développer des réponses globales pour lutter contre la perte de biodiversité tout en améliorant les moyens de subsistance des populations. 7 milliards d’euros seront consacrés à la biodiversité sur la période 2021- 2027 et se traduiront par des programmes directement axés sur la biodiversité et des initiatives visant à intégrer la biodiversité dans d’autres secteurs.

  • L’initiative phare NaturAfrica – qui aide les pays partenaires en Afrique à combiner la préservation de la nature et le développement socio-économique.
  • Grande Muraille verte – axée sur la restauration des terres, l’agriculture durable et les infrastructures résilientes au climat dans la région du Sahel.

Intervenants :

Les journalistes sont également invités à se plonger dans les ressources de fond, notamment :
Plate-forme Afrique (europa.eu)
NaturAfrica : L’approche du Green Deal pour le soutien de l’UE à la conservation de la biodiversité en Afrique
Biodiversity Advocacy toolkit (EN, FR, ES, PT et AR)

 

 


Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus